Carte postale #1

(Loin)

Tout te passe à côté, rien ne bouge.

A cinquante ans de distance tu n’es pas si loin.

Quelque chose en toi t’occupe, une sorte d’érosion, éboulements infimes.

Il faudrait sortir le regard de soi, le poser parmi les choses. Il nous verrait passer.

On pourrait se dire : « je me vis m’éloigner ».

Carte postale réalisée à partir d’extraits rassemblés sur le blog ( ) de jour. Extraits choisis : Bernard-Marie Koltès « La nuit juste avant les forêts » , Bernard Chambaz « Été », Jacques Ancet « Le Silence des chiens », Jérémy Liron « La mer en contrebas, tape contre la digue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.